Les relations intergouvernementales dans les systèmes fédéraux : omniprésentes, idiosyncrasiques, opaques et essentielles

Johanne Poirier, professeure, Faculté de droit, Université McGill. Ce bref survol des relations intergouvernementales, dans une perspective comparée, illustre le fait que les fédérations reposant sur une « tradition de droit civil continental » sont plus susceptibles d’organiser les RIG par le biais mécanismes juridiques que leurs homologues issus de la tradition plus pragmatique de la common law.

Les débats au sujet du fédéralisme au Népal et au Myanmar : du conflit ethnique à la gestion des « risques sécessionnistes »

Michael G. Breen, boursier postdoctoral McKenzie, School of Social and Political Sciences, Université de Melbourne. Le Népal et Myanmar se sont récemment engagés dans l’élaboration et la mise en œuvre de systèmes fédéraux. Cependant, les négociations qui furent mises en place au Myanmar étaient centrées sur les élites politiques, ce qui a considérablement ralenti l’établissement du projet fédéral.

L’ombre paisible du fédéralisme australien

Alan Fenna, professeur de science politique, Institut de politique publique John Curtin, Université Curtin. Le présent article offre un survol du fédéralisme australien, de ses origines, de sa conception, de ses caractéristiques, de son évolution et de ses problèmes. Le thème central est le suivant : ce système qu’on a voulu, puis conçu de manière décentralisée, est devenu de plus en plus centralisé dans la pratique, dû à l’absence notable d’une « société fédérale ».

Les partis politiques et le fédéralisme : une influence réciproque

Klaus Detterbeck, chercheur, Université de Göttingen, Allemagne. Les penseurs libéraux et les défenseurs de la démocratie majoritaire sont en désaccord quant au rôle que devraient idéalement jouer les partis politiques dans les systèmes fédéraux. Pour les uns, les partis sont vus comme des gardiens de la répartition fédérale des compétences ; alors que pour les autres ils sont perçus comme des instruments devant transcender les divisions internes dans la poursuite de politiques publiques uniformes.

Le fédéralisme dans les sociétés post-conflit

Dawn Walsh, professeure, School of Politics and International Relations, University College de Dublin. Le fédéralisme est au cœur de nombreux accords de paix existants ou projetés. Il l’est parce qu’il offre aux groupes territorialement concentrés – qui sont généralement des minorités au sein d’États plus vastes – une autonomie sur un certain nombre de points.

Mesurer le fédéralisme et la décentralisation

Arjan H. Schakel, professeur adjoint, Département de science politique, Université de Maastricht. Cet article défend l’idée selon laquelle les chercheurs qui travaillent sur les fédérations devraient considérer le fédéralisme comme un continuum de dotation d’autonomie plus ou moins grande pour les unités infranationales, plutôt que de continuer à classer les États en deux catégories exclusive, fédérale ou non-fédérale.

Le fédéralisme dynamique

Patricia Popelier, Professeure de droit constitutionnel, Université d'Antwerp. La théorie fédéraliste traditionnelle ne semble plus en mesure de saisir les récentes évolutions au sein des structures étatiques. En délimitant quels sont les États fédéraux au moyen de caractéristiques institutionnelles fondamentales, les chercheurs qui s’intéressent au fédéralisme se positionnent eux-mêmes en marge de l’action.

Nous joindre

1405 Rue Sainte-Catherine Est, Montréal, QC H2L 2C4

Téléphone: 514.987.3000 | EXT: 1609

Web: https://capcf.uqam.ca