LA MISSION

Le besoin de constituer un nouveau Centre d’analyse politique – Constitution et Fédéralisme (CAPCF) part d’un constat, celui qu’il existe une carence importante relativement à la recherche sur le fédéralisme au pays et surtout dans la francophonie canadienne. Ainsi, la mission du présent centre sera de combler cette lacune en stimulant la recherche sur la politique constitutionnelle et le fédéralisme à travers l’approfondissement de grands axes et en combinant les méthodes scientifiques propres aux différentes disciplines. Formulée autrement, la mission du CAP-CF sera de produire un savoir innovant, analytique et normatif sur les enjeux constitutionnels contemporains au Canada et dans les autres fédérations.

Notre équipe de chercheurs

DIRECTEUR DU CAPCF

ALAIN-G. GAGNON

Professeur au département de science politique de l’Université du Québec à Montréal et Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes.

Alain-G. Gagnon est professeur au département de science politique de l’Université du Québec à Montréal où il occupe la Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes. Il est membre du CRIDAQ et directeur du Groupe de recherche sur les sociétés plurinationales (GRSP). Il a été élu président de l’Académie des sciences sociales de la Société royale du Canada (2017-2019). Il a publié de nombreux travaux portant sur le fédéralisme comparé et les petites nations. Il est l’auteur de L’Âge des incertitudes : essais sur la diversité nationale et le fédéralisme (déjà traduit en 18 langues).

ANNIE CHALOUX

Professeure à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke, Directrice de la revue Le Climatoscope et codirectrice du Groupe d’études et de recherche sur l’international et le Québec (GÉRIQ).

Annie Chaloux est professeure adjointe à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke et codirectrice du Groupe d’études et de recherche sur l’international et le Québec (GÉRIQ). Elle détient un doctorat en administration publique de l’École nationale d’administration publique (ENAP). Elle se spécialise sur les questions de politiques environnementales et climatiques au Québec et au Canada et sur les négociations climatiques internationales. Elle a publié plusieurs articles scientifiques et chapitres de livres dans des ouvrages collectifs québécois et européens sur les questions environnementales et climatiques. Elle a aussi dirigé l’édition de deux ouvrages collectifs portant sur les questions environnementales dans les dernières années, soit L’action publique environnementale au Québec. Entre local et mondial (2017), et Le fédéralisme canadien face aux enjeux environnementaux. Le Canada: un État ingouvernable? (2019).

HUGO CYR

Doyen de la Faculté de science politique et de droit et professeur de droit constitutionnel à l’Université du Québec à Montréal.

Hugo Cyr est Doyen de la Faculté de science politique et de droit et professeur de droit constitutionnel à l’Université du Québec à Montréal. Il se spécialise dans les domaines du droit constitutionnel canadien, de la théorie constitutionnelle, du droit constitutionnel comparé (en particulier, le contrôle de constitutionnalité), de la théorie du droit et de la théorie de la législation. Il a publié de nombreuses analyses sur le fédéralisme coopératif et sur les relations fédérales-provinciales. On lui doit une importante monographie, Canadian Federalism and Treaty Powers: Organic Constitutionalism at Work.

DORIS FARGET

Professeure au Département des sciences juridiques de l’Université du Québec à Montréal.

Doris Farget est docteure en droit des Facultés de droit de l’Universités de Montréal et d’Aix-Marseille 3. Elle est professeure au Département des sciences juridiques de l’Université du Québec à Montréal. Elle s’intéresse aux relations entre le droit et les identités, à la notion de propriété collective des territoires ancestraux dans le discours des juges interaméricains et telle qu’elle est perçue par certains interlocuteurs autochtones au Québec. Elle est également co-chercheure dans le cadre du projet Looking Out For Each Other, un projet de recherche partenarial qui vise à documenter la situation des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées dans les provinces de l’Est du Canada, dont le Québec.

JEAN-DENIS GARON

Professeur au département des sciences économiques à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal.

Jean‐Denis Garon est titulaire d’un doctorat en sciences économiques de l’Université Queen’s (Ontario). Il est professeur au département des sciences économiques à l’ESG‐UQAM depuis 2012. Son enseignement et sa recherche portent principalement sur l’économie publique, le fédéralisme fiscal, les finances publiques et la microéconomie appliquée. Il est membre du comité des politiques publiques de l’Association des Économistes Québécois, membre affilié au CESIfo (Munich) et Fellow du Centre Interuniversitaire de Recherche en Analyse des Organisations (CIRANO).

MAYA JEGEN

Vice-doyenne à la recherche de la Faculté de science politique et de droit et professeure au département de science politique à l’Université du Québec à Montréal.

Maya Jegen est professeure au département de science politique à l’UQAM. Formée à l’Université de Genève, elle a été chercheure invitée à Berkeley, Sciences Po Paris et Saint-Gall. Spécialiste de la politique énergétique et environnementale, elle a travaillé sur les réseaux d’acteurs dans les systèmes de gouvernance multiple (Canada, Suisse, Union européenne) de même que sur les obstacles institutionnels à la transition énergétique, l’État environnemental, la sécurité énergétique et l’acceptabilité sociale.

VALÉRIE LAPOINTE GAGNON

Professeure d’histoire au Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta

Valérie Lapointe-Gagnon est professeure à la Faculté Saint-Jean (Université d’Alberta). Historienne de formation, ses vues sur le féminisme permettent d’éclaircir les débats. Détentrice d’un doctorat en histoire de l’Université Laval, elle s’intéresse à l’histoire intellectuelle du Québec et du Canada contemporains, à l’apport des intellectuels à la société et aux questions constitutionnelles. Elle est notamment l’auteur de l’ouvrage Panser le Canada, une histoire intellectuelle de la commission Laurendeau-Dunton.

STÉPHANE SAVARD

Professeur d’histoire à l’Université du Québec à Montréal.

Stéphane Savard est professeur d’histoire à l’Université du Québec à Montréal et membre régulier du Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie (CRIDAQ). Il se spécialise en histoire politique du Québec/Canada depuis la Deuxième Guerre mondiale, plus particulièrement en histoire de la culture politique québécoise. Ses nouvelles recherches se concentrent sur une histoire politique et parlementaire de la Révolution tranquille. Il est l’auteur de L’Hydro-Québec et l’État québécois (Prix Michel-Brunet de l’Institut d’histoire de l’Amérique française).